Iron Ladies

[TW-Drama] Iron Ladies

« Si tu te montres forte assez longtemps, tu finis par te croire surhumaine et les autres oublieront aussi que tu n’es qu’une mortelle. » 

Retour sur un drama taïwanais assez inhabituel pour son genre, axé sur la carrière professionnelle et la vie personnelle de trois femmes mûres et accomplies !

Informations

Titre original : 姊的時代 (Jie De Shi Dai)
Titre anglais : Iron Ladies
Pays : Taïwan
Genre : comédie romantique
Nombre d’épisodes : 13 épisodes de 70 minutes + 1 épisode spécial
Diffusion : du 12 janvier au 13 avril 2018 sur SET TV
Production : Dai Lu (戴璐)
Réalisation : Zhang Jia Xian (張佳賢)
Scénario :
• épisodes 1 à 3 : Chen Jie Ying (陳潔瑩), Lan Wen Xi (藍文希) et Zhang Qing Hui (張清慧)
• épisodes 4 à 13 : Ka Fei Yin (咖啡因) et Guo Shi Wei (郭世偉)
Disponibilité : Viki (VOSTFR)

Synopsis

Chou Kai Ting, Ma Li Sha et Wang Qing Qing sont des femmes accomplies d’une trentaine d’années. Managers dans l’entreprise Love U Shop, un e-commerce de cosmétiques, elles sont belles et ont tout pour elles : des carrières florissantes et des vies heureuses. Cependant, leur vie parfaite ne l’est peut-être pas tant que ça… Iron Ladies raconte les péripéties relationnelles et les défis professionnels de ces trois femmes de fer.

Bande-annonce

Casting

(Source image : SET TV)

Les quatre personnages principaux

Chou Kai Ting est la plus jeune vice-présidente de marketing de Love U Shop. Déterminée et confiante, elle s’est fixé des objectifs de vie, aussi professionnels et personnels, et a travaillé dur dès son plus jeune âge pour les atteindre. La réussite n’est plus qu’à portée de main : elle maîtrise d’une main de maître et avec un cœur en or son équipe de marketing et ses huit ans de relation avec Gao Ze Shan sont sur le point d’aboutir au mariage. Cependant, des obstacles vont apparaître dans son milieu professionnel, où la pression hiérarchique se fait sentir, et dans sa vie privée, perturbant les plans de sa vie organisée à la minute près.

Ma Li Sha est la vice-présidente du marchandisage de Love U Shop. Divorcée, elle ne croit plus en l’amour. Elle jongle donc les aventures d’un soir et se dévoue à sa carrière, entre autres. Cependant, elle semble se tromper elle-même avec ce mode de vie frivole. Quant à la douce Wang Qing Qing, c’est la directrice administrative de Love U Shop. Épouse dévouée, elle vit quotidiennement le grand amour avec son mari, très attentionné, et fait des envieuses parmi la gent féminine. Sa vie semble parfaite en tous points de vue, mais les apparences sont bien trompeuses…

Enfin, Su Can est le seul protagoniste masculin qui apparaît sur l’affiche avec les trois Iron Ladies. Barista dans un café à proximité de Love U Shop, Chou Kai Ting lui découvre un talent caché lorsqu’il l’aide à résoudre une crise professionnelle. Elle cherche alors à développer les compétences en maquillage de ce jeune homme qu’elle semble avoir charmé dès leur première rencontre. Su Can, c’est aussi la touche d’innocence et de naïveté du drama. Loyal et sincère, il est presque la candeur incarnée.

Mon avis

► Des dames de fer impressionnantes & une belle amitié

À l’image du titre du drama, Chou Kai Ting, Ma Li Sha et Wang Qing Qing sont trois dames de fer que je ne peux qu’admirer. Ce sont toutes trois des femmes d’affaires, des femmes mûres et sûres d’elles-mêmes. Elles sont fortes et déterminées, presque des forces de la nature ! Cela dit, elles sont également humaines. Nous découvrons progressivement qu’il y a en elles une sensibilité et une fragilité qu’elles s’efforcent de cacher, de surmonter, chacune selon ses propres circonstances.

Parfois, leurs décisions leur donnent une image de femmes désespérées ou faciles, mais ainsi sont la vie et l’amour : autant ils peuvent être beaux, autant ils peuvent être difficiles et même très laids. Cela dit, elles ont chacune fait leurs choix en connaissance de cause et en assument les conséquences.

Par ailleurs, j’ai beaucoup apprécié l’amitié qui lie ses trois femmes. Ce sont des collègues qui affrontent les pressions professionnelles ensemble, bien qu’elles travaillent dans différents départements. La réussite de l’une n’est possible qu’avec le soutien des deux autres. D’ailleurs, si leurs équipes respectives les ont plus ou moins élevées au stade de déesses, elles peuvent laisser tomber les masques et redevenir des femmes fières mais éreintées lorsqu’elles sont entre elles, grâce à l’amitié qui les lie au-delà de Love U Shop. Certes, la jalousie ou les disputes ne restent pas aux abonnés absents, puisqu’elles sont également humaines, mais heureusement, elles sont aussi intelligentes et amies.

► Un synopsis solide pour un drama écourté

Même si Kai Ting et Su Can sont indéniablement les protagonistes principaux du drama, l’affiche est assez bien distribuée : les deux autres femmes sont bien développées et leurs arcs personnels très intéressants. J’ai beaucoup apprécié l’équilibre trouvé dans Iron Ladies : personne n’est laissé pour compte dans l’histoire, même les personnages secondaires, masculins comme féminins. Petit coup de cœur personnel aussi pour le staff de Love U Shop, notamment Josh et Xiao Q qui sont peut-être des personnages peu importants mais qui restent des employés vitaux.

Par ailleurs, les femmes mises en avant dans ce drama sont intellectuellement mûres. Cela se transpose également au-delà des personnalités affichées : Iron Ladies est une série mature qui propose aussi quelques scènes osées et des sujets plus rarement abordés à l’écran (une histoire de préservatifs me revient en tête…) mais jamais sans tomber dans la vulgarité.

Pour finir, il faut savoir que le drama a été raccourci de quelques épisodes (il me semble que 16 épisodes étaient prévus au départ), probablement car il sortait un peu trop du lot (cf. partie suivante). Cela se ressent surtout à la fin, lorsque l’histoire avance par bonds et que les péripéties s’enchaînent. Cela dit, j’ai été impressionnée par chaque résolution, car peu d’éléments restent en suspens à la fin de l’histoire. Certes, même s’il subsiste des questions concernant le sort de quelques personnages, les grandes lignes (et les secondaires) ont toutes eu leur point final. Très bien bouclé pour un drama raccourci !

► Des thèmes intéressants

La narration du drama est d’un réalisme assez prenant. Elle relate de la pression professionnelle, de l’entraide entre collègues, de l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle, etc. Les approches relationnelles sont également bien trouvées. Dans Iron Ladies, nous suivons trois types de relation.

D’abord, une relation ébranlée après huit ans de vie de couple et une relation avec une certaine différence d’âge. Si j’ai déploré que Su Can ait été tant « bébéifé », j’ai apprécié les problèmes liés à la différence d’âge. Si certains parlent d’une histoire de chiffres, c’est surtout un conflit générationnel qui est autant culturel (intérêts musicaux et cinématographiques différents) que financier. En effet, Su Can et Kai Ting sont à des stades professionnels différents de leur vie et parfois, j’ai perçu l’aide de Kai Ting comme une tendance à materner Su Can.

Ensuite, nous observons les conséquences possibles d’un mariage raté lorsque Li Sha refuse de s’engager dans une relation sérieuse, préférant ne plus se brûler les ailes et dépendre d’un homme. Enfin, nous découvrons un ménage qui n’est pas ce qu’il paraît. D’ailleurs, je ne me remets pas de cette trame-ci : Qing Qing a épousé un mari parfait et attentionné… mais apparemment, le pot aux roses n’en est que plus grand. Impossible de vous en dire beaucoup plus sur le sujet sans vous spoiler le tout, mais disons que je suis restée bouche bée devant tant d’audace.

En fin de compte, ce genre de thèmes est très différent des dramas taïwanais que j’ai pu voir jusqu’à présent. En effet, on ne peut nier qu’ils sont généralement très clichés et ont une fâcheuse tendance à être très niais. Là, pour le coup, même si la niaiserie reste présente, le contexte est totalement différent : ce n’est pas une mais trois femmes qui portent le drama, avec trois styles de vie totalement différents, mais toujours au cœur de l’action. Je regrette toutefois que cet accent sur des personnages féminins forts ait impliqué des traits de personnalité infantilisés chez les protagonistes masculins. En effet, Su Can est trop innocent, Tai Heng n’est en réalité encore qu’un enfant et j’ai du mal à voir David comme un réel coureur de jupons, qui a l’air de brasser plus d’air que de réellement charmer demoiselle après demoiselle.

Iron Ladies

Iron Ladies est axé sur le monde du travail mais aussi sur le plan personnel, un bel équilibre. Certes, ce n’est pas la première fois qu’on parle du monde du travail (Refresh Man) mais cette fois-ci, ce sont les femmes aux commandes et l’ensemble donne vraiment un sentiment de maturité tandis que le lieu de travail ressemblait plus souvent à un terrain de jeux dans une grande majorité d’autres titres taïwanais. À mes yeux, c’est une innovation qui est des plus bienvenues. Cependant, il faut croire que le public taïwanais ne s’y habituait pas vraiment. Chute de taux d’audience, drama raccourci. J’ai trouvé cela dommage, mais ce fut bien mené jusqu’à la fin !

Les OST

Voici la liste des OST de Iron Ladies. Je n’ai rien de particulier à exprimer à ce sujet, si ce n’est qu’elles ne m’ont pas particulièrement marquée. À savoir : l’opening et l’ending ont été chantés par l’acteur principal Ben Wu.

  • Wonderful Day de Ben Wu (opening)
  • Unachievable Future (到不了的以後) par Ben Wu (ending)
  • Don’t Scare On Darkness (別怕黑) par Chen Wei Ting
  • The Best of Us (最好的我們) par Chen Wei Ting
  • Shadow (影子) par Irene Luo
  • Almost (自然凋謝) par Shi Shi

Conclusion

Iron Ladies est un drama taïwanais assez hors du commun considérant son origine. Avec plusieurs lignes directrices et des sujets autant professionnels que personnels, la série sort du lot de par la maturité dont elle fait souvent preuve. Si cette caractéristique ne semble pas avoir plu au premier public ciblé, elle m’a en revanche grandement fait plaisir. Si vous êtes tentés par le titre, sachez juste qu’on reste loin des grandes tensions et des grandes intrigues, même si les messages véhiculés restent très intéressants et bien menés (et, sérieusement, l’histoire de Qing Qing… il faut le voir pour le croire). J’espère que ces innovations scénaristiques continueront, même si j’ai bien peur que les retombées d’audience ne motivent pas les équipes à aller dans ce sens. Considérant Between, drama taïwanais actuellement en diffusion qui met une héroïne très « demoiselle en détresse », ma peur pourrait s’avérer fondée…

4 réflexions sur « [TW-Drama] Iron Ladies »

  1. Coucou! Les thèmes abordés dans le drama m’intéressent énormément, je pense le commencer très bientôt! En plus il y a une romance avec une différence d’âge, que demander de mieux hihi! Merci pour ton avis 🙂

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.