[K-Movie] Burning : un thriller contemplatif

Burning

« La petite faim et la grande faim. La petite faim pour ceux qui ont faim physiquement. La grande faim pour ceux qui ont faim du sens de la vie. »

Le film coréen Burning a fait parler de lui bien longtemps avant sa diffusion : adapté du roman Les granges brûlées de Haruki Murakami, réalisé par Lee Chang Dong (Poetry), Yoo Ahn In et Steven Yeun au casting, sélectionné en compétition pour la Palme d’Or du Festival de Cannes 2018… L’oeuvre est assurément sous le feu des projecteurs. Le prix FIPRESCI reçu finit d’en faire un film à voir. Impossible donc de passer à côté lorsque j’apprends sa diffusion en avant-première chez moi à Lyon.

Informations

Titre original : 버닝
Titre anglais : Burning
Réalisation : Lee Chang Dong
Scénario : Lee Chang Dong, Oh Jung Mi
Genres : thriller, mystère
Date de sortie : 17 mai 2018 en Corée du Sud ; 29 août 2018 en France
Durée : 2 h 27

Synopsis

Lors d’une livraison, Jongsu, un jeune coursier, tombe par hasard sur Haemi, une jeune fille qui habitait auparavant son quartier. Elle lui demande de s’occuper de son chat pendant un voyage en Afrique. À son retour, Haemi lui présente Ben, un homme mystérieux qu’elle a rencontré là-bas. Un jour, Ben révèle à Jongsu un bien étrange passe-temps…

Casting

Bande-annonce

Avis

Burning tisse sa trame autour de trois personnages on ne peut plus différents les uns des autres. Si le film semble calme et posé, les événements mystérieux s’enchaînent pourtant. L’intrigue naît des mystères, des illusions, des non-dits, faisant douter une audience qui imagine. Si le genre thriller me fait davantage penser à un film de suspens, Burning fait bien plus dans le contemplatif. D’autant plus que le récit prend également des dimensions plus critiques : lutte des classes sociales, critique du monde urbanisé et capitaliste, etc. Cela dit, tout est transmis à force de métaphores. Malgré une cinématographie assurément belle et poétique, l’ennui s’est installé lors de mon visionnage et des séquences que j’ai perçues comme des longueurs.

Pour une critique plus détaillée sur ce film, je vous convie à aller voir ma review sur K.Owls.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.